• demuyterdidier

A lire -> Un DRH s'exprime sur l'inutilité de la contre-visite médicale

Il était une fois le contrôle médical des salariés.


Les bénéfices clés annoncés après un contrôle médical devaient permettre la baisse de l'absentéisme pour faire des économies, ...

QUE NENNI !

Après + de 30 ans d'expérience en qualité de DRH, Didier DEMUYTER constate, comme beaucoup d'autres DRH, « les résultats sont très décevants, abiment l'ambiance au travail et en résumé ne servent pas à grand-chose ».


La contre visite médicale dessert tout le monde c'est une solution "perdant-perdant". Le triste constat est :

  • Agace davantage la personne en arrêt qui se sent encore plus isolée ;

  • Permet aux syndicats de mettre en avant la mauvaise ambiance au travail ;

  • ... et pour l'employeur dépenser de l'argent pour rien.

« La première personne à pâtir de l’absentéisme est le salarié absent lui-même. Il est également très vrai que ceux qui restent au travail dans l'entreprise doivent assumer une charge de travail plus importante. » Ajoute Didier DEMUTER

« J'ai testé pour vous la médiation pour les personnes absentes et le résultat est très positif.

C'est une reconnaissance pour chaque salarié de sa contribution au travail. La médiation permet de clarifier les situations, levant les doutes sur la réalité des arrêts au travail ».

La médiation se développe partout et n'expose pas l'entreprise, mais comment débuter ?

La médiation séduit de plus en plus les entreprises.

Gain de temps,

Alternative au contentieux

Économies,

Qualité relationnelle au travail, etc.

Testez l’application : https://alerterbt.fr/CreationAlert/Index?structureId=99ff5c5f-d67c-4f34-b166-ac6100ec7e62


Le médiateur professionnel accompagne et guide la réflexion des personnes interviewées à travers un processus structuré qui implique les personnes". Mais, in fine, reconnaît Didier DEMUYTER, "cela prend 4 fois moins de temps de résoudre un problème d'arrêt maladie qui touche aux émotions par la médiation que de réaliser une contre visite.


C'est pourquoi cela permet de « prendre rapidement des décisions" et souvent "assez innovantes » vis-à-vis de chacun et pour l'employeur".

C’est "l'effet positif " auquel s’ajoutent les économies réalisées, une médiation coûtant en moyenne "30 à 50 fois moins cher qu’un arrêt maladie non justifié ou qu’un contentieux".

« Bien sûr, la médiation n’a pas que des amis ». Ainsi, Didier DEMUYTER a-t-il dû « gérer l’accueil mitigé réservé par certains avocats ou cabinets d’audit à son initiative ».

Nombreux préfèrent sans doute, "un accord avec des contentieux longs et désagréables pour chacune des parties".

Didier DEMUYTER ajoute que "la médiation permet aux parties de maîtriser elles-mêmes le calendrier et le coût de la procédure".


Certains doutent néanmoins de sa pertinence au-delà des situations interpersonnelles. "Au niveau collectif, estiment certains RH, "il y a déjà suffisamment d’occasions pour se parler, pour dialoguer".

À condition, toutefois, d'être formé conseille Didier DEMUYTER et "d’étendre le dispositif comme format de dialogue à l’ensemble de l’entreprise" pour que "salariés, employeurs, élus du CSE contribuent à l'amélioration du dialogue social".

Et c’est peut-être là que se situe l’enjeu des prochains mois. Réapprendre à dialoguer ensemble avec l’aide d’un médiateur.

Contactez-nous au : 06 75 47 74 19 ou par mail à mediationsfrance@gmail.com




65 vues0 commentaire