• demuyterdidier

33% des entreprises françaises sont concernées par des arrêts de travail liés à des risques psycho.

En 2019, un tiers des entreprises a connu un arrêt maladie dans le cadre des risques psychosociaux ou RPS (stress, dépression, burn-out...), rapporte le 6e baromètre des accidents du travail et des maladies professionnelles publié lundi 14 décembre par le cabinet d'audit et de conseil BDO. Une conclusion qui est récurrente "depuis six ans avec une moyenne de 33%" des sociétés concernées par ces arrêts "liés aux RPS".


D'après ce baromètre réalisé de février à septembre 2020, "5% des arrêts de travail dans le cadre d'un RPS ont été qualifiés en accident du travail, contre 12% en 2018". 10% des interruptions professionnelles "ont débouché sur une maladie professionnelle". Les RPS touchent davantage les grandes entreprises (60%) contre 28% pour les ETI (entreprise de taille intermédiaire) et 18% pour les PME.

82% des sociétés sondées ont déclaré au moins une fois un sinistre affectant un salarié (accident de travail avec arrêt, accident de trajet ou maladie professionnelle), contre 85% en 2018. Les accidents du travail avec arrêt représentent plus de trois quarts des cas (78%) et 16% sont des accidents de trajet, un chiffre "en recrudescence" (14% en 2018). Les maladies professionnelles représentent 6% des sinistres, explique ce baromètre effectué auprès de 300 entreprises de plus de 50 salariés.


Par ailleurs, l'étude constate depuis trois ans une hausse des reclassements à la suite d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle : 28% des sociétés ont eu recours à cette procédure en 2019, contre 18% en 2018 et 21% en 2017. Des licenciements à la suite d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle ont été appliqués dans 8% des entreprises sondées, contre 10% en 2018.


https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/un-tiers-des-entreprises-a-applique-des-arrets-de-travail-pour-des-risques-psychosociaux-7800939980

#RBT #RPS


45 vues0 commentaire